Le repas reste sacré ! Qu’il soit pris au restaurant ou à emporter l’enquête affirme qu’il est considéré comme un moment convivial et de détente à partager entre collègues. Est-il possible de concilier le bien manger aux contingences professionnelles ?  Autrement dit, voyons ce qui est bon pour notre corps et notre cerveau, faisons le tri de ce que l’on peut manger lors d’une petite pause déjeuner pour nous nourrir sainement et efficacement.

Pause déjeuner : temps, faim et qualité ?

Est-ce possible de maintenir un équilibre dans notre alimentation quand le midi on mange sur le pouce, que l’on assiste à un repas professionnel ou pire que l’on n’a même pas le temps de se mettre à table ? Qui d’entre vous prépare sa lunch box quotidienne ? Qui a l’habitude d’équilibrer son déjeuner de manière systématique pour mieux répondre à l’exigence du projet à mener à bien l’après-midi et/ou du dossier très épineux à traiter ? Qui pense au repas en terme d’apports énergétiques pour affronter et se mettre au travail dans les meilleures conditions et ne pas se laisser happer par le stress professionnel, dont on se passerait bien d’ailleurs pendant notre temps de pause déjeuner ? Avouez que lorsque le temps manque et que la faim crée cette impression de trou dans le ventre, il n’est pas toujours aisé de réussir à contrôler les envies de gras, de sel et de sucre tellement faciles à trouver.

La culture de la pause-déjeuner en France

En France une enquête a montré que les Français prennent leur temps le midi par rapport aux autre pays. A titre d’exemple, la moitié des salariés prennent plus de 45 minutes pour leur repas de la mi-journée et environ 70% entre 30 et 45 minutes, alors que seuls 38% consacre ce même temps pour leur diner. En guise de comparaisons, la majorité des Britanniques prennent entre 10 et 30 mn de pause tout comme les Allemands, les Grecs et les Américains. En moyenne, les salariés français déjeunent en 22 minutes.

Autant dire que chez nous le déjeuner est un rituel. Tout le monde sait par expérience qu’entre 12h30 et 14h00 les bureaux sont généralement désertés, les téléphones sonnent dans le vide et les ordinateurs se mettent en veille. A condition néanmoins que ce temps imparti au repas du midi soit respecté et que la direction ne le raccourcisse pas sous prétexte de dossier à boucler impérativement en temps record.

Le repas reste sacré !

Qu’il soit pris au restaurant ou à emporter l’enquête affirme qu’il est considéré comme un moment convivial et de détente à partager entre collègues. Est-il possible de concilier le bien manger aux contingences professionnelles ?  Autrement dit, voyons ce qui est bon pour notre corps et notre cerveau, faisons le tri de ce que l’on peut manger lors d’une petite pause déjeuner pour nous nourrir sainement et efficacement.

La veille, tu prépareras ou livrer tu te feras

Changer vos habitudes. Glissez dans une jolie boite quelques restes de votre diner ou ce que vous avez préparé en avance. Ne vous perdez plus dans les rayons des « city-market » ni devant la vitrine de la boulangerie. Vous éviterez les tentations néfastes et trop grasses.

Au-moins 20 minutes tu prendras pour déjeuner

Sachez d’abord qu’il est nécessaire de vous accorder du temps pour manger et de ne pas manger trop rapidement. Ce temps doit être exclusivement réservé à votre repas. Alors concrètement on laisse de côté toute tâche relevant du travail. Pour les plus aventurières, laissez même de côté tout outil numérique pour vous consacrer à l’acte de vous nourrir.

Adapter votre lieu de déjeuner !

Si vous êtes quand même contrainte de rester derrière votre table de travail, dégagez-la autant que possible et créer un espace propre et accueillant (même réduit) pour poser votre nourriture. Asseyez-vous droite, pieds au sol et commencez par deux respirations qui auront pour effet de vous vider la tête. C’est parti vous êtes prête à manger.

Si vous allez au restaurant d’entreprise ou à la brasserie du coin, pensez également à vous mettre en condition. Hors de question de potasser en même temps un document de travail, de répondre à vos mails en retard ou de parler au téléphone. Soyez présente à votre repas pour en tirer le meilleur profit.

Aux beaux jours, profitez du petit square à côté de votre bureau. Il y a toujours un banc à partager. Vous aurez en plus la réelle impression d’avoir eu un vrai break.

Seule ou à plusieurs, votre corps a besoin que le repas dure au moins 20 minutes pour que l’effet de satiété se fasse ressentir. Ainsi vous éviterez de vous gaver plus qu’il n’en faut et d’avoir des inconforts digestifs dans l’après-midi. Le must étant de mâcher chaque bouchée 10 fois pour tirer profits des nutriments et faciliter votre digestion.

Des légumes, des protéines et des féculents tu mangeras

Il s’agit de la base d’un repas équilibré. L’assiette doit même comporter jusqu’à 60% de légumes. Choisissez-les de saison et avec assaisonnement modeste comme un filet d’huile d’olive ou de noix, une pointe de citron, quelques herbes ou épices pour leur donner un peu plus de goût selon vos préférences.

Concernant les protéines, privilégiez les viandes maigres comme la viande blanche et le poulet, le poisson comme le saumon sauvage, le flétan, les sardines et le maquereau très bons pour le système immunitaire en particulier. Que vous les cuisiniez vous-même ou que vous les commandiez, veillez à opter pour des cuissons grillées ou vapeur et éloignez les préparations qui baignent dans l’huile ou pire le beurre.

Sachez qu’il est aussi possible de créer des protéines végétales. Pour cela vous avez besoin d’une légumineuse du type pois chiche, haricot rouge ou blanc, lentille et d’une céréale plutôt complète comme du riz, du boulgour, du couscous. Mélangez un tiers de légumineuse pour deux tiers de céréales et vous obtenez votre protéine végétale. Et avec ce mélange vous avez votre dose de féculent.

Vous pouvez envisager d’ajouter à votre plat de légumes, viande ou poisson, une poignée de riz ou quelques petites pommes de terre à l’eau.

La salade bien pratique !

Vous pouvez choisir de déguster le tout sous forme de salade. Vous évitez ainsi la question du réchauffage si vous êtes sur place et que le micro-ondes est en panne. Si vous êtes au restaurant, pensez à demander, gentiment, l’assaisonnement à côté. Préférez les salades sans charcuteries (très lourdes à digérer et pas très bonne pour votre santé) mais avec un œuf dur, quelques aiguillettes de poulet et pourquoi pas quelques tartines de chèvre chaud pour les jours de fête !

L’idéal c’est d’apporter votre panier repas. Ce qui semble au départ une difficulté ou une contrainte supplémentaire est en réalité un cadeau que vous vous offrez. Essayez déjà pour un repas par semaine puis deux. Pensez aux économies que vous ferez. Et au bien-être général dont vous profiterez.  

Le dessert, pour une pause régénératrice tu le garderas

La petite note sucrée, on la préférera pour l’encas de mi-matinée. Au bureau, c’est facile de croquer une pomme ou d’avoir dans une boite quelques cerises, une poignée d’oléagineux… Je ne parle pas d’éplucher son orange ou sa poire hyper juteuse. Même si j’ai déjà vu des collègues le faire.

De l’eau tu boiras

Hydratez-vous régulièrement. L’idée n’est pas boire toute votre bouteille au début du repas ou sa suite. Répartissez votre apport d’eau tout au long de la journée.

Un encas en mi-après midi, tu auras sur toi

Vous y avez le droit. Car même avec un bon repas du midi sain et équilibré, vous ressentirez peut-être une pointe de faim vers 17h00. Mais quoi grignoter ? Ayez sur vous quelques amandes et noisettes, un carré de chocolat noir à 85% de cacao, des bâtonnets de carottes, des tomates-cerises, une banane. Ces choix seront gagnants en terme d’apports, de qualités nutritives et de santé au sens large.

Évitez les produits industriels qui vous font grossir, qui vous fatiguent et qui ne vous nourrissent pas en profondeur.

En conclusion, abandonnez l’idée de sauter le repas du midi car il est essentiel pour vous redonner l’énergie nécessaire jusqu’à la fin de la journée. Soyez rigoureuse sur ce que vous décidez d’apporter à votre corps car ce n’est pas la même chose d’avaler un gros sandwich baguette débordant de mayonnaise accompagnée d’un soda qu’un repas équilibré arrosé d’eau plate. Votre productivité ne sera pas la même. Enfin, fini de dévorer en un temps record pour ne pas vous faire taper sur les doigts par votre supérieur hiérarchique. Prenez ce que le droit du travail vous accorde soit au moins 20 minutes à partir de 6 heures de travail par jour. Je vous souhaite un très bon appétit pour les jours à venir.

En savoir plus sur Julie