9 milliards d’humains sur terre en 2050 ! Et la consommation de viande et de poisson ne cesse de progresser … Excès, surconsommation, production et élevage intensif, comment nourrir sainement tout ce monde dans les années à venir?

Végétales ou animales, quelles seront les protéines du futur ?

MPV ou Matières Protéiques Végétales

Mais qu’est-ce que c’est que cela ? Ce sont simplement des céréales et des légumineuses très riches en protéines, qui offrent de multiples vertus santé et environnementales. De très haute qualité nutritionnelle, elles favorisent entre autres la bonne digestion et le système immunitaire. Mais qu’elles sont-elles ? Et bien, ce sont entre autres, le soja et le lupin. Dont chacun offre 40% de protéines. Mais il y a aussi les légumes secs, comme les pois chiches, les lentilles ; les haricots, etc., combinés à des céréales complètes, ils apportent des protéines végétales de qualité identiques aux protéines animales et sont bien plus respectueux de l’environnement. Alors, stop aux idées reçues, pour une alimentation saine, bonne pour notre santé et bonne pour notre planète, remettons les légumineuses au goût du jour !

Les fleurs du soleil, nouvelles protéines végétales ?

Les fleurs du soleil ? Ça vous fait penser à quoi ? Tournesol et colza bien-sûr ! Ce sont les nouvelles protéines actuelles. Les protéines de colza ou encore de tournesol pourraient bien être utilisées de la même manière que les protéines de soja ou de pois dans les préparations végétariennes. Par exemple, certaines marques spécialisées confectionnent déjà des « faux » blancs de poulet à base de protéines végétales sans aucune viande mais qui nutritionnellement sont complètes.

Et la mer qu’a-t-elle à nous offrir ?

Les micro-algues ! Sous forme de farines, de pâtes, de céréales ou bien encore de boissons, elles nous offrent une alternative intéressante aux protéines animales. Ce sont d’excellentes sources naturelles de protéines, la spiruline dont on entend beaucoup parler, par exemple, en est riche à 70%. En plus, leur culture en milieu maritime représente un bon point pour l’environnement puisqu’elles ne nécessitent pas d’agriculture terrestre ! Juste pour que vous le sachiez, selon les prévisions, nos terrains agricoles ne seront bientôt plus suffisants pour couvrir les besoins de toute la population. Voilà donc une bonne nouvelle ! Environnement et bonne santé, que demander de plus ? Mon truc en plus, utilisez la spiruline en poudre dans vos jus et smoothies, parfaite pour combler vos apports et pour dynamiser vos journées.

Et dans le règne animal ? Quelles sont les nouvelles sources de protéines ?

Brrrrr, des p’tites bébêtes ! … Les insectes ! Saviez-vous que de par le monde, 2 milliards de personnes consomment déjà des insectes ? Incroyable, non ? En France la consommation d’insectes est encore interdite du fait de la législation Européenne mais en Belgique par exemple certains comme les vers de farine, les grillons ou les mouches soldats sont déjà autorisés. La FAO planche donc sur ces petites bébêtes comme alternative sérieuse et saine pour canaliser la demande croissante en protéines. Mais qu’ont-ils donc à nous offrir ? Outre les protéines, les insectes sont riches en lipides, en calcium, en fer et en zinc, Ils sont donc nutritionnellement très intéressants. Il ne nous reste plus qu’à essayer !

La biosynthèse des protéines

Oulala, c’est quoi ce charabia scientifique ? On entend souvent ces mots un peu mystérieux de « synthèse » ou « biosynthèse »  mais sait-on ce que cela signifie au juste? En résumé, il s’agit des processus biochimiques qui permettent aux cellules de produire des protéines afin de remplacer celles altérées ou perdues. Je ne vais pas ici vous faire un cours de biologie ou de chimie, non, d’ailleurs je ne suis que naturopathe, mais pour mieux comprendre l’importance d’une protéine de qualité, je vais vous expliquer ceci : Les protéines font partie des nutriments essentiels au corps humain qui ne nous sont apportés que par l’alimentation. Elles participent aux réserves d’énergie de notre organisme et elles sont indispensables pour être en santé. Elles sont actives entre autres sur la bonne santé de nos muscles et de nos articulations. Aujourd’hui, la meilleure source de protéines de qualité, dont le corps peut se servir tout de suite, reste les protéines animales. Et c’est bien là que le bât blesse, puisqu’il va devenir de plus en plus difficile de combler les apports en protéines de notre population mondiale toujours grandissante. 8 acides aminés essentiels sont nécessaires à la production d’une protéine. Ces 8 acides aminés sont tous présents naturellement dans les protéines animales mais nous pouvons très bien, par jeux d’associations, reconstituer cette chaîne avec le règne végétal. Par exemple, composez votre assiette de 2/3 de céréales complète et ajoutez-y 1/3 de légumineuses et la chaîne des 8 acides aminés essentiels est reconstituée. Vous bénéficiez alors de protéines d’aussi bonne qualité et tout aussi biodisponible que les protéines animales.

Et pour conclure…

Les animaux, poules pondeuses, porcs, bovins, etc., ont besoin d’être nourris aux protéines végétales afin de produire des protéines animales. En moyenne, il faut donner 5 tonnes de protéines végétales aux animaux pour obtenir 1 seule tonne de protéines animales … Je vous laisse réfléchir aux conséquences désastreuses sur notre écologie, sur le bien-être animal, sur nos cultures et sur la qualité de ce que nous mangeons. Un ratio protéinique équitable serait de consommer moitié-moitié de protéines végétales et animales. Je ne peux donc que vous conseiller, autant pour votre santé que pour nos animaux et notre planète, de varier et d’alterner vos sources de protéines.

En savoir plus sur Ethel